Chirurgie bariatrique

La relation entre le corps est l’esprit est indéniable. Lorsque nous faisons mal à notre corps, notre cerveau l’interprète et le traduit en émotions. Il en est de même inversement, même si parfois le lien est plus difficile à faire. Lorsque le poids s’installe chez une personne, il est chargé d’histoire. Chaque kilos raconte un vécus, une blessure, une douleurs, une barrière ou encore une défense. Quand arrivé un certains moments, cette carapace prend trop de place, le patient peut ne plus savoir ou réussir à s’en débarrasser. Le travail psychologique entamé peut aider la personne à pardonner le passé, pour avancer dans le présent et le futur. Mais ce poids reste là, malgré tous les efforts produits. La chirurgie bariatrique peut ainsi être l’occasion de laisser un peu plus de place à cet esprit qui a longtemps été mis de coté. De donner au corps un nouveau départ, une sorte de RESET.

L’évaluation psychologique est aujourd’hui obligatoire avant toute intervention. Elle permet d’écarter la présence de troubles pouvant entraver le bon déroulement de l’opération ou le post-opératoire, mais également de faire émerger les différentes motivations liées à sa réalisation.

Cet entretien psychologique vise à rendre compte de l’historique du poids, en lien avec les événements de vie, de travailler sur la présence éventuelle de troubles du comportement alimentaire, d’addictions, de lister les différentes motivations, les objections, les projets, et de questionner sur le soutien social extérieur afin de s’assurer que la personne soit accompagnée de la meilleure des manières.

Les bénéfices de la chirurgie bariatrique sont une hausse de l’estime de soi, une baisse de la nervosité, de l’agressivité, une réduction des affects anxio-dépressifs, une amélioration de l’image de soi, une amélioration des relations sociales et une amélioration du comportement alimentaire.

Les difficultés quant à elles sont un risque accru de dépression ou de troubles anxieux ou de risques suicidaires. Des troubles de l’image corporelle: dépersonnalisation, impression de ne pas de voir changer, sentiment d’échec…

Le suivi psychologique post-opératoire n’est pas obligatoire mais reste fortement conseillé afin d’éviter ces dernières difficultés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :